Les avantages et inconvénients du dépistage

Comme tout acte médical, le dépistage du cancer du sein présente à la fois des bénéfices et des limites. L’impact du dépistage sur la diminution de la mortalité par cancer du sein fait l’objet de débats, comme ses effets négatifs notamment en matière de surdiagnostic et de surtraitement.

La décision de s’engager dans une démarche de dépistage est un choix personnel : il est important de prendre connaissance des bénéfices et des limites de cette démarche de dépistage avant de décider ou non d’y participer.

Les avantages du dépistage

Un gain de temps sur la maladie

Le dépistage permet de repérer une lésion avant l’apparition de symptômes et notamment de détecter des cancers de plus petite taille et moins évolués, avant qu’ils ne soient palpables.

De réelles chances de guérison 

 De manière générale, plus les cancers du sein sont détectés tôt et plus les chances de guérison sont importantes. La survie à 5 ans est de 99% pour un cancer du sein détecté à un stade précoce.

Des traitements moins lourds pour une meilleure qualité de vie

Les cancers détectés à un stade précoce de leur développement permettent, en général, des traitements moins lourds et moins agressifs avec moins de séquelles.

Un suivi régulier 

Tous les deux ans, si vous avez entre 50 et 74 ans et ne présentez pas de facteur de risque particulier (antécédents personnels de cancer ou plusieurs cancers du sein dans votre famille), vous recevez systématiquement chez vous une invitation pour réaliser une nouvelle mammographie.

Un programme qui répond à des exigences de qualité strictes

En complément du contrôle systématique des mammographes, tous les six mois, le programme de dépistage organisé répond à des exigences de qualité strictes. Les professionnels de santé sont spécifiquement formés. Les clichés de mammographie jugés normaux sont relus par un second radiologue. Enfin, le programme est régulièrement évalué, afin de le faire évoluer en continu.

Un examen pris en charge à 100% par l’assurance maladie

Dans le cadre du dépistage organisé du cancer du sein, la mammographie est prise en charge à 100 % par votre caisse d’assurance maladie, sans avance de frais de votre part. Si des examens complémentaires vous sont prescrits par le radiologue, leur prise en charge se fait dans les conditions habituelles de remboursement, c’est-à-dire à hauteur de 65 % sur la base du tarif conventionné.

 

Les limites du dépistage

Le diagnostic et le traitement de cancers peu évolutifs

Dans l’état actuel des connaissances scientifiques, le diagnostic ne permet pas de distinguer les cancers qui vont évoluer, et qui sont majoritaires, de ceux qui évolueront peu ou n’auront pas de conséquences pour la femme concernée (10 à 20 % des cancers détectés). Pour ces cancers, qui n’auraient pas été découverts en l’absence de mammographie, on parle de « surdiagnostic ». Il est par nature inhérent à tout acte de dépistage.

L’exposition aux rayons X

Comme toute radiographie, la mammographie expose à des rayons X. Ceux-ci, s’ils sont répétés, peuvent conduire à l’apparition d’un cancer que l’on appelle cancer radio-induits.

C’est l’une des raisons pour lesquelles le dépistage est recommandé uniquement tous les deux ans et à partir de 50 ans si la femme n’a pas de symptôme ou de facteurs de risque.

L’apparition d’un cancer avant la mammographie suivante

Les cancers de l’intervalle sont des cancers qui surviennent entre deux dépistages. Ces situations sont rares. Pour 1 000 femmes qui réalisent un dépistage, moins de deux d’entre elles développeront un cancer de l’intervalle. N’hésitez pas à consulter un médecin si vous remarquez des changements inhabituels de vos seins entre deux dépistages.

Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur le site de l’INCa : INCa : Dépistage du cancer du sein, avantages et inconvénients